Une alimentation anti-cancer est une alimentation équilibrée qui comporte beaucoup de légumes et de fruits. L’excès nuit en tout. Si la viande rouge, à elle seule, ne peut être la cause de tous les cancers, l’excès de viande rouge augmente sans conteste le risque de cancer.

La viande rouge bonne pour la santé

Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Une alimentation équilibrée qui comprend de la viande rouge, avec modération, n’est pas susceptible d’entraîner un cancer. La viande contient des minéraux tels que le fer et le zinc ainsi que de la vitamine B12, indispensables pour lutter efficacement contre l’anémie. Elle contient également des acides aminés que l’on ne trouve pas dans les protéines végétales, jugées plus saines.

Manger 100 g de viande deux à trois fois par semaine permet de satisfaire les besoins en acides aminés, vitamine B12, fer et zinc, sans risque pour la santé.

Quel lien entre la viande rouge et le cancer ?

La viande rouge, consommée en grandes quantités, peut être néfaste pour la santé. Elle semble bien impliquée dans les cancers colorectaux : 100g par jour augmenterait les risques de 17 %.

Essentiellement en cause, l’hémine contenue dans la viande rouge, qui induit une peroxydation des acides gras poly-insaturés. La prolifération des radicaux libres provoque alors des mutations d’ADN sources de cancers. Ce fait est renforcé si la viande est cuisinée avec des graisses insaturées (beurre par exemple) ou grillée.

viande rouge au barbecue risque augmenté

Une étude de 2015 a également établi que la viande rouge cuite au barbecue peut augmenter le risque de cancer du rein.

Une consommation excessive de viande rouge ne constitue pas seulement un risque accru de cancer. Elle est aussi en cause dans les maladies cardiovasculaires, du cholestérol ou encore de l’athérosclérose, compte tenu du taux de graisse élevé.

Une alimentation saine anti cancer

Consommée à raison de 2 fois par semaine, en petites quantités, cuisinée sans graisses et non grillée, la viande rouge n’entraîne pas plus de risques de cancers ou de maladies cardiovasculaires qu’un autre aliment.

Cependant, il convient d’y associer de grandes quantités de fruits et légumes apportant vitamines, minéraux, fibres et calcium. Les légumes devraient former la moitié de notre alimentation.

Les acides gras polyinsaturés sont également des nutriments indispensables pour lutter contre ce fléau. Les poissons gras, certaines huiles (colza, noix) ou encore les fruits à coques (noix, amandes) sont de bons pourvoyeurs d’acides gras polyinsaturés.

En privilégiant une alimentation saine, vous contrôlez votre poids et évitez un autre facteur d’augmentation du risque du cancer : l’obésité. En vous maintenant dans une fourchette de poids correspondant à l’indice de masse corporel 18 à 25, vous éviterez les recours aux régimes, reconnus comme dangereux pour la santé sur le long terme.

Et bien sûr, nous vous recommander de fuir comme la peste les régimes hyperprotéinés naturels, à base de protéines animales essentiellement, particulièrement nocifs pour la santé.

Conclusion :

alimentation équilibrée de tout un peu

Le meilleur moyen de se protéger contre le cancer est sans aucun d’associer une alimentation équilibrée à une activité physique régulière. L’alimentation équilibrée apporte tous les nutriments dont l’organisme peut avoir besoin. Adopter une alimentation équilibrée, c’est éviter tous les excès, les régimes, les monodiètes, tous susceptibles d’entraîner un surpoids et d’augmenter les risques de maladies. Ajoutons qu’une alimentation équilibrée réduit la consommation des aliments à risques (graisses saturées, « grillé », alcool, tabac) et diminue ainsi de deux tiers les risques pour la santé : cancers, maladies cardio-vasculaires, obésité, etc…

 

Sources :

https://www.who.int/features/qa/cancer-red-meat/fr/

https://cancerres.aacrjournals.org/content/75/15_Supplement/836.short

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3650111/