Chaque fois que les dépenses de santé font un bond, les assurances complémentaires santé en profitent pour augmenter leur tarif. En 2018, vous n’y échapperez pas. Les augmentations annoncées par le Président de la FNMF, Thierry Beaudet, pourraient être de 2 à 4 %. Alors comment faire pour réduire la facture ?

Des dépenses de santé en hausse

Avant d’utiliser un comparateur mutuelle pour changer, essayons de comprendre pourquoi les tarifs augmentent. La hausse des dépenses de santé impacte les tarifs des mutuelles. Or en 2018, plusieurs tarifs vont augmenter :

  • le forfait journalier hospitalier passera de 18 (tarif fixé en 2010) à 20 euros,
  • 8 nouveaux vaccins obligatoires,
  • la création d’honoraires pour les pharmaciens, façon de rétribuer les services rendus à la santé,
  • la fixation de deux nouveaux tarifs de consultations médicales : complexe à 46 euros et très complexe à 60 euros.

Il faut aussi compter avec la hausse des dépenses liée au vieillissement des cotisants. Si la facture pour les particuliers a été estimée à 180 millions d’euros par Olivier Véran, député LREM rapporteur général du budget de la Sécurité sociale, interrogé sur RMC en septembre dernier, la FNMF estime, elle, que tous ces nouveaux coûts porteraient la facture à 800 millions d’euros (lire l’article du Figaro du 20 septembre 2017). D’où l’annonce d’une augmentation des mutuelles santé pour 2018.

Comment limiter l’impact des augmentations des complémentaires santé

Les personnes dont la mutuelle santé est réglée par l’employeur n’ont pas trop à s’inquiéter de ces augmentations, d’autant qu’ils sont pris en charge sur un contrat collectif. Les autres, indépendants, retraités, CDD cours, etc., pourraient bien avoir envie de changer de mutuelle si la hausse est trop importante, et on les comprend.

remboursement des médicaments comparateur mutuelle

Avez-vous droit à l’ACS ?

Pour faire baisser la facture, il existe plusieurs moyens. Il faut d’abord vérifier si vous n’avez pas droit à l’ACS (aide au paiement d’une assurance complémentaire santé). C’est le cas si vos ressources ne dépassent pas de plus de 35 % le plafond de ressources de la CMU complémentaire.

Un retraité peut par exemple bénéficier d’une ACS de 550 euros par an.

Pouvez-vous réduire vos garanties ?

Si vous ne bénéficiez pas de l’ACS, vous pouvez réétudier votre contrat et limiter les garanties au minimum. Vous pourrez ainsi gagner un quart, voire la moitié, de vos cotisations. Mais cela implique une vigilance de chaque instant au moment de choisir les soins.

Pas question, par exemple, de prendre une « chambre seul » à l’hôpital si votre mutuelle ne la prend pas en charge. Finis, aussi, les dépassements d’honoraires chez les généralistes comme chez les spécialistes. Les dépenses dentaires et optiques devront également être limitées. Dans le cas contraire, le reste à charge risque de vous coûter plus cher qu’un niveau de garanties supérieur.

remboursement lunettes optique

Faire jouer la concurrence : le comparateur mutuelle

Une dernière solution pour faire baisser son assurance santé, moins contraignante que la précédente, consiste à faire jouer la concurrence. Il est possible en effet de résilier son assurance santé facilement à l’échéance. Vous n’avez aucun motif à donner, juste un courrier en recommandé à transmettre à votre complémentaire santé dans les 15 jours qui précèdent l’échéance.

Le plus difficile est bien sûr de retrouver la mutuelle la mieux disante, d’autant que les sociétés d’assurance ont largement harmonisé leurs contrats. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de recourir à un comparateur de mutuelle comme LesFurets.com.

L’année à venir pourrait bien être celle du changement de mutuelle. Un bon moyen de compenser les augmentations des dépenses de santé, que vous subirez encore plus si vous êtes fonctionnaire, en raison du retour du jour de carence.

Lire aussi : La Santé s’organise dans les territoires ruraux